Plantes carnivores : Exploits de l’alimentation

Drosera

Les plantes carnivores sont des plantes comme les autres qui se sont adaptées vers la carnivorie pour trouver dans les insectes, les nutriments (absents des sols pauvres où elles vivent) nécessaires à leur croissance.

Il existe en gros trois types de pièges à insectes attirant ces derniers grâce à leur : couleur (souvent rouge), odeur de nectar et émissions d’UV visibles par les proies.

1. Le piège passif

sarracenia
C’est un piège le plus souvent en forme d’urne, comme chez les Sarracénia.
L’insecte imprudent buttine de plus en plus profondément dans l’urne, jusqu’à tomber à cause de la paroi au début lisse.
L’insecte ne peut plus remonter du fait de l’urne trop étroite pour le déploiement correct des ailes et surtout du fait des poils pointés vers le bas couvrant la paroi interne.
Fatigué, il tombe au fond de l’urne où il est digéré.

2. Le piège semi-actif

mucilage
C’est surtout un piège dit à « glue » ou mucilage comme chez les Drosera : les insectes attirés se collent à cette substance et plus ils remuent, plus ils se collent.
Ensuite, les poils et la feuille se courbent pour faire correspondre étroitement la proie avec les glandes digestives.

3. Le piège actif

C’est le piège le plus impressionnant du règne végétal terrestre : il a la forme d’un piège à loup avec des « dents » comme chez les Dionées. L’insecte imprudent se faufile à l’intérieur de ce piège et touche les cils sensitifs disposés sur ce dernier. Ces cils avertissent la plante de la présence d’une proie et la feuille se referme en 1 seconde grâce à un mécanisme équivalent à un élastique tendu qui se rompt.

cils

C’est le mouvement le plus rapide observable facilement chez un végétal.

piege_ferme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *